Oradour et les chiens de l’enfer

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Un très beau texte de Johann Chapoutot, paru dans Libération et consacré à Ouradour-sur-Glane. 

On peut se noyer en découvrant la ville martyre de l'horreur nazie. On peut aussi s'aggriper à l'histoire comme à une bouée.

Imaginez un lundi après-midi superbe, l’été indien qui baigne la France et en éclaire le centre d’une lumière vive et chaude. Vous admirez cette magnifique campagne qui conduit de Limoges à Oradour-sur-Glane. Tout Français connaît ou est censé connaître Oradour, érigé dès 1944 en épitomé du martyre de la France occupée, violentée par la barbarie nazie. Le Gouvernement provisoire de la République française, par la voix de son chef, le général De Gaulle, a fait d’Oradour un mémorial à ciel ouvert: chaque maison martyrisée témoigne à jamais de la tornade de violence qui s’est abattue sur ce bourg paisible, le 10 juin 1944.

Pour accèdez à l'ensemble de l'article, cliquez sur le lien suivant : Lire